Mon intervention dans l’hémicycle sur la Proposition de loi visant à encadrer l’exploitation commerciale de l’image d’enfants de moins de seize ans sur les plateformes en ligne, et la Réponse de Bruno Studer.

 Mon intervention dans l’#Hemicycle sur la Proposition de loi visant à encadrer l’#Exploitation#Commerciale de l’image d’#Enfants de moins de seize ans sur les plateformes en ligne, et la #Réponse de Bruno Studer.
« Véritable phénomène sociétal, l’apparition de modes de communication via les plateformes engendre de nouveaux comportements, notamment chez les jeunes générations, très friandes de ces nouvelles technologies et qui y sont particulièrement exposées. »

« Votre proposition de loi a donc le mérite de combler un vide juridique. »

« (…) les enfants qui font des vidéos avec leurs parents sont aussi soumis aux dérives comportementales observées sur les réseaux sociaux : cyberaddiction, hyper-narcissisme, compétition exacerbée, harcèlement, risque d’isolement. »

« Enfin le placement de produit devrait être proscrit des vidéos diffusées sur une plateforme dont l’auteur et/ou le destinataire est un enfant de moins de 16 ans. En effet, et ce n’est pas un scoop, les enfants sont particulièrement influencés par la publicité assumée ou déguisée. »

« Si cette proposition de loi pose un 1er jalon utile, nous regrettons cependant que le texte ait été vidé en grande partie de sa portée coercitive en commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale en première lecture. Nous restons convaincus de la nécessité de montrer une détermination politique sans faille pour contraindre les plateformes, guidées par la seule logique du profit, à respecter certaines règles. »

Share.

About Author

Leave A Reply