Mme Muriel Ressiguier alerte Madame la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, sur la situation préoccupante des étudiants.

Depuis plusieurs années les gouvernements se succèdent et entreprennent des réformes dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche. En 2007, adoption de la Loi relative aux libertés et responsabilités des universités (dite Loi LRU) visant à développer la concurrence entre les universités et à ouvrir le budget des établissements aux financements privés. En 2008, mise en œuvre du Plan campus, afin de rénover à hauteur 1,3 milliard d’euros les infrastructures de l’enseignement supérieur. (Sur 46 universités qui ont déposé un dossier de demande de subvention, seuls 10 établissements ont pu bénéficier du dispositif. La cours des comptes ayant par ailleurs alerté sur l’inachèvement du Plan campus). Plus récemment, en 2018, un portail numérique un portail numérique est installé à l’entrée des universités « Parcours sup » qui robotise l’orientation et l’affectation des étudiants dans les établissements d’enseignements supérieurs et qui crée la sélection.  Au-delà de projets gouvernementaux « technocratiques », quelles politiques ont été mises en œuvre à ce jour afin d’améliorer le quotidien et la vie des étudiants ?

La précarité grandissante et la difficulté à se projeter vers l’avenir amènent de plus en plus d’étudiants à des actes désespérés. Ainsi la tentative de suicide d’Anas 22 ans de Lyon qui s’est immolé le 8 novembre devant le C.R.O.U.S de Lyon et l’étudiant Rwandais de 25 ans retrouvé mort le 27 novembre dans sa chambre étudiante à Clermont-Ferrand, dont l’enquête pour déterminer les circonstances de la mort est encore en cours, doivent grandement alerter sur la situation des conditions de vie précaires des étudiants.

Ces actes sont d’autant plus emblématiques, qu’Anas avait organisé et prémédité son acte, en publiant sur les réseaux sociaux un message fort à l’attention des dirigeants pour alerter sur la situation des étudiants. Symboliquement, il a exécuté son geste devant l’instance en charge de la vie universitaire, le C.R.O.U.S, qu’il venait juste de solliciter pour une aide d’urgence qui lui a été refusée, selon sa petite amie.

Les difficultés financières et le mal-être des étudiants s’amplifient. Dans son message, Anas laisse entrevoir également un malaise social et une confiance trop incertaine en l’avenir. Il s’interroge sur les efforts à faire pour « survivre » au quotidien et mener à bien ses études, sur son avenir professionnel, et sur ses droits à une assurance chômage, s’il ne devait pas trouver un emploi après ses études. Il s’inquiétait même de son futur droit à une retraite, alors que sa vie professionnelle n’a pas débuté.

Or, avoir la sérénité de pouvoir se loger, se nourrir et se vêtir, sont pourtant des préalables pour étudier dans des conditions sereines et dignes, afin de mobiliser son temps et son énergie à construire un avenir.

Hélas, les chiffres parlent d’eux-mêmes et sont extrêmement préoccupants.20,8% des étudiants vivent sous le seuil de pauvreté (selon les chiffres de l’INSEE en 2016).Sur 2,7 millions d’étudiants en France, 712 166 étudiants étaient boursiers en 2017 (selon les chiffres du ministère). Le C.R.O.U.S compte seulement 170 000 logements, créant un ratio de 1 logement pour 4 étudiants boursiers. Selon les chiffres de l’Observatoire de la vie étudiante, 46% des étudiants travaillent pendant l’année scolaire, réduisant significativement les probabilités de réussites aux examens. 30 % ont renoncé à des soins médicaux pour des raisons financières. 86% des étudiants sont en situation de stress, 20% des étudiants présentent des « signes d’une détresse psychologiques, 8% ont déjà songé au suicide. En 2019, les bourses ont augmenté de 1,2% alors que l’inflation est de 2,8%.

Suite à ces drames, vous proposez, Madame la Ministre, de faciliter l’accès aux aides d’urgence non-utilisées en 2019 à hauteur de 15 millions d’euros via la mise en place d’une ligne téléphonique.Ma question est la suivante :

Comment expliquez-vous que le C.R.O.U.S de Lyon, alors qu’il y a 15 millions d’euros non distribués, ait refusé l’aide d’urgence qu’Anas avait sollicité juste avant son acte de détresse ?

Les annonces faites sont très insuffisantes. En tant que Ministre de l’Enseignement supérieur vous avez la possibilité et la responsabilité de remédier à la précarité et aux incertitudes qui se sont instaurées. Madame la Ministre, qu’allez-vous, mettre en œuvre concrètement et urgemment pour donner la possibilité aux futurs citoyens d’étudier dans des conditions réellement décentes afin qu’ils puissent mener à bien leurs études et retrouvent des perspectives d’avenir ?

Share.

About Author

Leave A Reply