Madame Muriel Ressiguier interpelle Madame la Ministre des solidarités et de la santé sur la situation des assistants de régulation médicale.

En juin 2019, par décret, vous avez attribué une indemnité forfaitaire pour prime de risque au personnel soignant du service des urgences, mais les assistants de régulation médicale, rattachés aux services administratifs, en ont été exclus.  Pourtant, ils ont un rôle important dans le traitement des urgences. Ils réclament donc que cette prime de 118 € leur soit également attribuée.

En tant que députée de l’Hérault, j’ai été interpellée par Mme Muriel Rivière, au nom de l’ensemble des assistants de régulation médicale du SAMU 34 (ARM) au sujet de leur charge de travail et des risques socio-professionnels auxquels ils sont confrontés au quotidien.

Je les ai rencontrés, dans leurs locaux de Vailhauquès, en présence du directeur adjoint des ressources humaines du CHU de Montpellier.

Les ARM de l’Hérault traitent plus de 500 000 appels entrants et 250 000 appels sortants, pour une population de 1 165 000 habitants, hors période estivale.

Ils sont chargés d’assurer une écoute médicale permanente, de déterminer et de déclencher le plus rapidement possible une réponse adaptée, de s’assurer de la disponibilité des moyens d’hospitalisation publics ou privés, et d’organiser le transport. Premier maillon de la chaîne, ils sont eux aussi soumis au stress et doivent faire face à des situations anxiogènes.

La charge de travail est depuis plusieurs années croissante (environ 10% d’appels en plus chaque année), à effectif constant, ce qui engendre une pression grandissante au quotidien pour les ARM. Sans compter un sentiment de manque de reconnaissance et une prise en charge des patients de fait plus compliquée.

Dans l’Hérault, les ARM sont en grève depuis le 13 août. En France, près de 40 centres d’appel du 15 sont actuellement en grève, dont certains depuis plusieurs mois.

Dans le milieu de la santé, plusieurs professions, dont les aides-soignants, les infirmiers en psychiatrie et les urgentistes, ont alerté par divers moyens ces derniers mois, le ministère de la santé et la population sur la dégradation des conditions de travail, et la maltraitance institutionnelle qui en découle.

Leur cri d’alarme ne doit pas être ignoré. Une réflexion de fond s’impose, à laquelle les personnels concernés doivent être associés.

Notre système de santé doit être préservé, et des moyens conséquents humains et financiers doivent être alloués, pour permettre une prise en charge de qualité des patients. Plus que des primes, ce sont les salaires qui doivent être revalorisés.

C’est pourquoi, Madame Muriel Ressiguier demande à Madame la Ministre de la Santé si elle a conscience de la situation et si elle compte prendre des mesures concrètes pour revaloriser le salaire des ARM et dans quel délai.

Share.

About Author

Leave A Reply