Madame la députée Muriel Ressiguier interroge le ministre de la transition écologique et solidaire sur la catastrophe naturelle survenue dans l’Aude. Les dramatiques inondations survenues dans l’Aude qui ont causé la mort de 14 personnes et fait 75 blessés doivent nous interroger sur les changements climatiques qui sont en train de s’opérer et les moyens d’en limiter les effets. A Trèbes, ce lundi 15 octobre dernier, il est tombé l’équivalent de six mois de précipitations en une nuit, et l’Aude est monté de 1 mètre à 7,68 mètres en six heures. Il s’agit d’une crue sans précédent depuis celle de 1891 dans la vallée, selon Vigicrues. Dans le sud de la France notamment, ces épisodes météorologiques violents appelés “épisodes méditerranéens” s’aggravent depuis une cinquantaine d’années. Cumulés à la progression de l’artificialisation des sols (urbanisation galopante, développement d’infrastructures routières) qui imperméabilise les sols, diminue l’infiltration de l’eau jusqu’aux nappes phréatiques et augmente le ruissellement, cela crée des situations d’inondations catastrophiques comme celle que nous venons de vivre.

Ces phénomènes anormaux font amèrement échos aux avertissements des scientifiques. Le dernier rapport du GIEC publié le 8 octobre dernier est accablant. Il confirme que le climat mondial s’est réchauffé de 1° depuis l’ère préindustrielle. Il atteste à nouveau, si besoin en était, que la cause de ce réchauffement est bien imputable aux activités humaines et à leurs émissions de gaz à effet de serre. Enfin, il explique que le réchauffement climatique a déjà des conséquences visibles sur certains écosystèmes ou phénomènes naturels mondiaux comme la fonte des glaces, l’élévation du niveau de la mer, mais surtout l’augmentation des évènements climatiques extrêmes comme les cyclones ou les inondations. Et cet été, nous venons d’apprendre la fissure de la banquise du Groenland dans ses couches les plus anciennes, phénomène jamais observé jusqu’à ce jour. En 2017, 15.000 chercheurs du monde entier signaient une tribune commune pour lancer un signal d’alarme à l’humanité sur les conséquences en cascade que va occasionner ce saccage de l’environnement, dont l’une est l‘augmentation des réfugiés climatiques. Lors des accords climats signés à la COP 21 de 2015, la France s’engageait comme 197 autres Etats à limiter les effets d’un réchauffement de 1,5 °C des températures mondiales. Veille de la prochaine COP 24 qui aura lieu du 3 au 14 décembre 2018 en Pologne, quels engagements comptez-vous prendre, concrètement, pour limiter la production de gaz à effet de serre sur le territoire français? Pour favoriser une transition énergétique vers des solutions durables? Quelle planification écologique comptez-vous mettre en place? Notre président de la République, récemment sacré “Champion de la terre et champion du climat” au dernier One Planet Summit compte-t-il user de sa nouvelle influence pour convaincre son homologue américain, le président Donald Trump, à revenir dans l’accord de Paris, quitté unilatéralement le 1er juin 2017? Enfin, qu’allez-vous mettre en place concrètement, et sur le plan financier, pour aider les habitants de l’Aude touchés par les inondations et premières victimes de ces dérèglements climatiques? Comment allez-vous soutenir les agriculteurs dont les champs ont étés saccagés et demeurent incultivables pour plusieurs mois.

Share.

About Author

Leave A Reply