« La #laïcité est souvent mal comprise ou même instrumentalisée à des fins politiques »
Communiqué de presse de la Fédération Nationale de la Libre Pensée avec interview de Muriel Ressiguier

Signez l’Appel pour le respect de la laïcité à #Montpellier !
http://k6.re/QQIXI
#LibrePensée #FNLP

Libre Pensée de l’Hérault : Tu es députée de l’Hérault, militante de France Insoumise, et tu as été amenée à prendre des positions en défense de la loi de 1905 sur Montpellier. Elles ont été très proches de celles de la Libre Pensée. Peux-tu nous expliquer ce qu’il s’est passé ?

Muriel Ressiguier : Depuis quelques temps, je constate que la Laïcité est souvent mal comprise ou même instrumentalisée à des fins politiques (comme par exemple par le Rassemblement National ou la Manif pour tous). La Libre Pensée défend tout comme moi le principe de Laïcité qui maintient les diverses religions dans la sphère privée de chaque individu depuis la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat : « la République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte ». C’est un principe fonda-mental de la République, à valeur constitutionnelle : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ».
Or, à Montpellier, le maire a subventionné en 2017 une association qui organise la promotion du culte de « Saint Roch ». Elle est accompagnée dans son oeuvre par la ville de Montpellier à travers notamment d’une délégation du Conseil municipal, une subvention à hauteur 15 000 euros (en 2017) pour l’association organisatrice des messes et processions ou l’émission de publicités communes de la messe et des processions (site, programme commun…). J’étais intervenue en adressant une question écrite au gouvernement le 17 novembre 2017. A ce jour, ma question est restée sans réponse… La Libre Pensée est également intervenue et a interpellé le maire, sans résultat… Cette année, Alban Desoutter, libre penseur, m’a avertie qu’ils allaient demander à être reçus par le maire pour évoquer ces questions. Ils n’ont reçu aucune réponse, ce qui en soit est une manière de répondre…
J’ai fait un premier communiqué de presse pour appeler le maire à ne pas se rendre ceint de son écharpe tricolore à la messe organisée pour la fête de Saint-Roch. Je lui ai rappelé les principes de la Laïcité, qui permettent à chacun, croyant ou non, de vivre ensemble en République. Je lui ai également demandé de ne plus subventionner ce type d’association cultuelle. Nous avons par la suite appris qu’il n’y avait pas eu de subvention cette année, mais nous n’avons pas l’assurance qu’il en sera de même en 2019. En somme, la Libre Pensée et moi lui avons demandé de se conformer à la loi, simplement.
Mais le maire de Montpellier a choisi la provocation et, s’il a assisté à la messe sans son écharpe tricolore, il s’est rendu à la procession de rue avec son écharpe tricolore ainsi que plusieurs élus de sa majorité. Il a tenu devant l’Eglise les propos suivants : « A chaque fois que quelqu’un voudra toucher à ces traditions, il faudra qu’il me passe sur le corps. ». Cette arrogance nous rappelle le : « qu’ils viennent me chercher » d’Emmanuel Macron, dont il partage aussi la ligne politique… Nous sommes donc clairement face à un maire qui bafoue sciemment la laïcité et drague l’électorat de la manif pour tous.

LP 34 : N’est-il pas surprenant que cette action soit faite par un homme politique se réclamant de la «gauche», du socialisme ?

MR : C’est assez drôle qu’il se réclame de la « gauche », du socialisme ! Il s’est présenté sous l’étiquette « divers gauche » aux municipales en 2014. Il a été exclu du PS, car il n’a pas reconnu au candidat désigné par le PS (Jean-Pierre Moure) la légitimité de se présenter. Il a soutenu longtemps la ligne de Manuel Valls, puis s’est engagé publiquement en faveur d’Emmanuel Macron. Si c’est cela la « gauche du socialisme » pour lui, c’est que nous ne mettons pas le même sens sur les mots « gauche » et « socialisme »…

LP 34 : Les proches de la Mairie ont rétorqué que cela se faisait au nom des traditions. Qu’as-tu répondu ?

MR : J’ai répondu que l’association en question annonçait clairement dans son programme une messe et une procession religieuse, nous sommes donc bien dans le domaine du cultuel et non de la tradition. Le maire parle de tradition, alors que les montpelliérains sont très peu nombreux à participer à ces cérémonies. J’ai rappelé aussi que Montpellier, comme la France, c’est la diversité, la tolérance et une longue tradition d’accueil : tout ce que précisément garantit la laïcité.

LP 34 : Philippe Saurel a-t-il eu des soutiens, et quelle ont été les réactions des forces politiques en présence ?

MR : Curieusement, seuls la Libre Pensée et moi, nous sommes publiquement exprimés pour défendre la laïcité et rappeler au maire la loi qu’il est, comme tout un chacun, tenu de respecter. Il a été défendu avec force et même avec hargne par sa majorité et soutenu aussi par des groupes identitaires. Le reste de l’échiquier politique est resté silencieux. Il est vrai que c’était pendant la période estivale, mais quand même, cela interroge.

LP 34 : Comment comprendre ce retour du discours sur « les racines chrétiennes de la France » ? Emmanuel Macron a déclaré aux Bernardins que « ce qui compte, c’est la sève ». Racines, sève. Cela ne rappelle-t-il pas : « La terre, elle ne ment pas » ?

MR : Je pense qu’Emmanuel Macron envoie des signaux à l’électorat de la Manif pour tous. Il est vrai que ses propos nous renvoient à ceux attribués au Maréchal Pétain : « La terre, elle ne ment pas ». La France est multiple et ses racines sont diverses, elle ne se résume pas à l’influence culturelle de la chrétienté. Philippe Saurel semble être lui aussi dans cette ligne, comme en témoigne son tweet sidérant du 12 août : « La France insoumise rêve de dé-christianiser notre passé, nos traditions, notre langue… ». Ces propos pourraient être ceux de quelqu’un qui appartient à un mouvement de l’extrême-droite. Dans les périodes où la misère et l’austérité frappent les peuples au quotidien, la tentation du recours à l’ordre et à la religion est fréquente. Emmanuel Macron emploi beau-coup ces derniers mois le champ lexical de l’ordre et du spirituel. C’est un jeu dangereux, qui nous ramène à des heures sombres de notre Histoire…
L’archevêque Carre à gauche et le maire de Montpellier Philippe Saurel

LP 34 : La Libre Pensée estime que des menaces planent sur la loi de 1905, après le discours d’Emmanuel Ma-cron, ne peut-on pas craindre pour la laïcité selon toi ?

MR : Oui, effectivement, on peut craindre que la laïcité, soit mise à mal et attaquée par Emmanuel Macron et son gouvernement. Dans les temps politiques troubles que nous vivons, où les gens sont perdus et ne voient pas d’issue, à force qu’on leur répète qu’il n’y a pas d’alternative, il est nécessaire de veiller aux respects de nos valeurs républicaines. Nous devons également proposer un projet poli-tique qui offre une alternative au capitalisme débridé qui met les gens à genoux et saccage la planète.

LP 34 : La Libre Pensée vient d’adopter un Manifeste en défense de la loi de 1905 à son congrès national. Elle propose à toutes les forces laïques de se rassembler le 9 décembre devant les préfectures pour dire « Ne tou-chez pas à la loi de 1905 ! ». Qu’en penses-tu ?

MR : Je pense que c’est une bonne initiative. Cette journée sera l’occasion d’aller à la rencontre des gens, d’expliquer, de débattre, de rappeler le sens de la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat.

Signez l’Appel pour le respect de la laïcité à Montpellier :
Montpellier, c’est notre ville aussi, et elle est laïque !

« Citoyens de Montpellier ou la côtoyant, installés de longue date ou plus récemment, Elus, mili-tants, citoyens, nous sommes choqués de la tournure que prennent chaque année un peu plus les dites « fêtes de la saint Roch ». Dans notre République, chacun est libre d’avoir une religion, ou de ne pas en avoir, et éventuellement d’exercer le culte qu’il souhaite, sans que les collectivités incitent ou invitent à participer à tel ou tel rassemblement religieux.
La laïcité fait partie des piliers de la République, de ses traditions démocratiques, et Montpellier appartient à la République.
Nous estimons donc que la promotion par la Mairie des fêtes de la « Saint Roch » (comprenant plu-sieurs messes et plusieurs processions organisés par le Diocèse de Montpellier et l’association va-lorisant le culte de Saint Roch) doit s’arrêter. Ce qui signifie que le logo n’apparaisse plus sur les programmes, et que les deniers publics ne contribuent pas à sa promotion et que les Elus de la Ré-publique n’y participent qu’à titre privé, sans leur écharpe d’élus de la République.
La loi de 1905 et les traditions laïques permettent tout à fait à chacun d’y participer, sans que la Mairie n’ait à s’en occuper.
Nous réaffirmons notre volonté que les questions religieuses ne viennent pas s’immiscer dans la sphère publique, et restent du domaine des libres choix de chacun.»

Télécharger le fichier du CP

Share.

About Author

Leave A Reply