PAS TOUCHE À MURIEL !

La manifestation étudiante du 14 avril à Montpellier a une fois de plus été l’occasion d’une provocation contre une responsable de la France insoumise. Le maire macroniste Philippe Saurel et le préfet accusent la députée insoumise Muriel Ressiguier d’être responsable des troubles en ville ce jour-là. Elle a été à nouveau mise en cause par une députée de la majorité à l’Assemblée nationale ce 18 avril. Tous les observateurs ont bien vu comment la situation a été provoquée par une gestion peu professionnelle des forces de l’ordre. Ceux qui s’en prennent à Muriel Ressiguier joignent leur hargne à celle de l’extrême droite locale bien connue pour sa violence. Ils décident d’en faire une cible.

Cette escalade doit cesser ! Les forces de l’ordre ne sont pas l’instrument du pouvoir pour déployer une répression spectaculaire. Les milices d’extrême droite doivent être mises hors d’état de nuire par le ministre de l’intérieur. A ce jour, 5 députés de la France insoumise dont Muriel Ressiguier sont l’objet de menaces de mort sur eux-mêmes ou leur famille. J’ai moi-même été la cible d’un complot visant à m’assassiner. Le gouvernement doit absolument faire baisser la tension. C’est son rôle en tant que garant de l’ordre républicain.

Accuser ainsi une élue de la République qui participe à une manifestation aux côtés de citoyens en lutte est intolérable. Face aux lois antisociales qui violentent le quotidien de nombreux français, la place d’un élu de la France Insoumise est d’être dans les luttes sociales aux côtés du peuple et nous continuerons d’en être partie prenante.

Le Président du groupe des députés de La France Insoumise.

————-

Rappel au règlement de Melenchon contre la mise en cause personnelle au #qag par un député de LREM de
@MRessiguier ce n’est pas le lieu, elle est absente elle fait l’objet de menaces de mort

Share.

About Author

Leave A Reply